Audio-Vidéo : prom-2611-01
Les Indes promises d'Edouard Glissant
Auteur(s) : Prudent, L. - Félix
Année de publication :

Loading the player...

Éditeur(s)
: ECMEA : Etudes Croisées des Mondes Européens et Américains CRILLASH : Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines Université des Antilles. Service commun de la documentation
Extrait de : "Terres promises, représentations et imaginaires" : Colloque, 25, 26 et 27 novembre 2015. Université des Antilles.
Description : Une collection éparse de longs poèmes inspirés, une dizaine de romans compliqués à souhait mais sources de reconnaissances enviées, une production théâtrale plutôt modeste, la direction d'une revue à haute prétention dans la Martinique étriquée des années 70, une thèse de philosophie soutenue en Sorbonne livrée dans une forme déconcertante (pour ne pas dire désinvolte), cinq essais poétiques de plus en plus aventureux, quelques prises de positions vigoureuses sur la situation internationale, deux ou trois libelles coécrits avec des amis disparates, une anthologie poétique de bric et de broc, l'oeuvre d'Édouard Glissant qui s'étend sur 59 ans et des milliers de pages, présente une dimension qui impressionne. Ce caractère foisonnant suggère le changement et peut-être même la métamorphose car, tout au long de sa vie, d'un genre à l'autre, l'auteur fait l'expérience de lieux et de contextes fort divers, du Lamentin à Paris, de New York à Tokyo, de Bâton Rouge à Tunis. Cette communication prend pour prétexte le premier poème d'envergure paru en 1955, Les Indes, pour arpenter le parcours ultérieur du poète penseur autour de thèmes, de concepts et de slogans, jamais définis dans les règles de l'art, toujours revisités sous différentes formes et très diversement interprétés, l'homme ne suscitant jamais le consensus. Antillanité, Relation Démesure, Chaos, Tout-monde, Créolisation ? Les toutes dernières années de sa vie le verront couronné comme l'apôtre d'une audacieuse théorie de la mondialisation et de la diversité des langues, naviguant avec ces mots comme autant de balises et d'étapes curieuses dans son voyage aux Indes promises. Sans jamais prétendre en donner une synthèse exhaustive et cohérente, le projet est ici d'esquisser un cap, une orientation dominante à partir de l'examen de la langue d'écriture et des multiples déclarations du poète à ce sujet. L'occasion rêvée pour un linguiste natif du même pays de repartir en quête des promesses tenues ou non et des découvertes réelles ou imaginaires d'un texte abondant.
Siècle(s) traité(s) : 20
Permalien : http://www.manioc.org/fichiers/V16089
Partager

| Plus