Audio-Vidéo : prom-2611-05
La Terre promise dans la dramaturgie classique russe
Auteur(s) : Nekrassova, Inna
Année de publication :

Loading the player...

Éditeur(s)
: ECMEA : Etudes Croisées des Mondes Européens et Américains CRILLASH : Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines
Extrait de : "Terres promises, représentations et imaginaires" : Colloque, 25, 26 et 27 novembre 2015. Université des Antilles.
Description : La communication ne révèle pas le concept général de la « Terre promise » dans la littérature russe, surtout dans les oeuvres spirituelles, chrétiennes, associées en grande partie au thème de la Terre Sainte. Au contraire, dans le drame classique russe du XIXe et XXe siècles, on ne trouve que de très rares images de la « terre promise » et les plus connues sont celles qui ont une sémantique plutôt négative ou provocatrice. Dans l'Orage d'Alexandre Ostrovsski (1859), la vieille Fekloucha décrit comme une « terre promise » la ville provinciale de Kalinov. Ce motif semble faux, mais sa sémantique double correspond au sens plus profond du drame où s'opposent les visions réalistes et religieuses. Dans le Mystère bouffe de Vladimir Maïakovski (1918, 2e édition 1921), un des premiers drames de l'époque de la révolution russe, l'auteur crée une image complète de l'utopie communiste. Un élément clé de cette « terre promise : la disparition de l'antagonisme entre les gens (les ouvriers) et les choses (les outils). Grâce à son originalité, cette image couronne la construction du mystère antireligieux.

Permalien : http://www.manioc.org/fichiers/V16218
Partager

| Plus

Exporter la référence

Publier le document :


Télécharger