Audio-Vidéo : bals-2701-03
Clair obscur : représentations littéraires du bal masqué aux Antilles et en Guyane : Le bal paré-masqué, l'amour et la transgression dans "La saison des abatis" (1996) de Lyne-Marie Stanley
Auteur(s) : Michel, Monique Anna
Année de publication :

Loading the player...

Éditeur(s)
: Université de Guyane
Extrait de : Bals masqués de Guyane et d'ailleurs. Identités et imaginaires carnavalesques en question
Description : Première romancière guyanaise Lyne Marie Stanley "La saison des abattis" (1996) à Cayenne. La fête danser costumer et masqué à nourri l'imaginaire des auteurs et de leur protagoniste. La salle de bal est souvent décrite comme un lieu mythique, mystérieux propice aux rêves aux intrigues amoureuses, aux rencontres fatales. Lyne Marie Stanley dans "La saison des abattis", dans le chap. 3, s'attache à présenter le bal paré-masqué des "touloulous" : personnage féminin emblématique du carnaval de Guyane. Céphyse, "touloulou" novice découvre l'univers du bal paré-masqué en même temps que l'amour. Elle transgresse les codes établies qui consistent en autre à préserver l?anonymat. La première fonction du déguisement est de garantir l'anonymat du "touloulou" personnage unique du carnaval guyanais." Le frère du "touloulou" est le "tololo" qui signifie en créole guyanais : "ton pénis" Le rôle essentiel de la parade du touloulou est sans doute, de mettre en valeur la femme, de la magnifier, pour en faire un personnage sublimée, à la fois réelle et virtuelle. La représentation du bal paré-masqué dans : "La saison des abattis", est une excellente illustration du concept de transgression, dans le cadre de la fête carnavalesque guyanaise. Pour Jean Thierry Martins, le bal masqué est dans tous les cas un lieu de transgression sémantique.
Siècle(s) traité(s) : 20
Permalien : http://www.manioc.org/fichiers/V17167
Partager

| Plus

Exporter la référence

Publier le document :


Télécharger