Audio-Vidéo : Alte-2011-5
Alte-2011-5
La mémoire enchâssée dans la racialisation : La longévité des visées coloniales britanniques et françaises à la Martinique et à la Jamaïque
Auteur(s) : Chivallon, Christine
Année de publication :

Loading the player...

Éditeur(s)
: ANR : Agence Nationale de la Recherche CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique LC2S : Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales
Extrait de : "Histoires orales alternatives dans la Caraïbe, 19ème-21ème siècles", Colloque de clôture - ANR ALTER, du 19 au 21 novembre 2018. Hôtel La Batelière - Martinique
Description : Les propos sont consacrés à deux révoltes anticoloniales en Martinique et à la Jamaïque, au 19ème siècle (Insurrection du Sud et Morant Bay). Ces deux révoltes empruntent deux voies qui donnent lieu à la mise en place de visions des rapports sociaux très typées avec d'un côté le « colour blindness » (empire français) et de l'autre « le racial thinking » (empire britannique). De ces deux visions découlent un ensemble de conséquences resurgissant sur les manières de « mettre en mémoire l'évènement ». Autorisée à devenir le symbole national de la résistance noire face au colonialisme blanc, la révolte de Morant Bay occupe très tôt un espace du dicible dans la sphère publique jamaïcaine, d'abord de manière sourde, puis tonitruante à la faveur de l'indépendance de 1962. L'insurrection du Sud constitue à l'opposé l'exemple significatif de la mise sous silence de la résistance des anciens esclaves au sein d'une société où prévaut une idéologie républicaine tronquée, aveugle aux clivages raciaux qu'elle continue de produire.

Permalien : http://www.manioc.org/fichiers/V18330
Partager

| Plus

Exporter la référence

Publier le document :


Télécharger