Esclaves et Affranchis de Guyane : Présentation

 Base de données réalisée à partir du dépouillement

des archives conservées en Guyane et en France

           

Il y a une dizaine d'années, je suis parti du constat personnel suivant : engagé dans un programme d'archéologie coloniale sur d'anciennes habitations jésuites, force était de constater la pauvreté des études en matière d'esclavage et d'histoire sociale en Guyane. Certes, des travaux pionniers, fondamentaux encore aujourd'hui, posaient des bases solides (Serge Mam Lam Fouck, Marie-José Jolivet, Yannick Le Roux). Tous ces travaux, si réussis fussent-ils, ne permettaient toutefois pas de toucher les esclaves dans leur individualité.

J'avais besoin de données précises sur les ateliers d'esclaves des habitations que nous prospections ainsi que sur ceux des établissements voisins. Nous n'avions alors que les inventaires de séquestre de 1764 et 1794, ce qui, du reste, n'était déjà pas mal ! Mais alors comment intégrer nos habitations dans la vie économique et sociale du quartier de Roura dont elles dépendaient ? Comment suivre le destin des esclaves d'une habitation à l'autre ?

Les objets de mes recherches s'étendant et touchant systématiquement à l'histoire locale, je me suis donc lancé dans le dépouillement des registres relevant de l'état civil. Les premiers documents dépouillés furent les registres des nouveaux libres, appelés aussi registres d'individualité, pour l'ensemble de la Guyane.

La base de données contient pour l'instant les informations extraites des registres des nouveaux libres (1848-1853).

La base s'élargira bientôt aux registres d'affranchissements (1817-1848), aux registres et avis de déclaration de marronnage (1821-1848), aux registres des déclarations de naissance, mariage et décès des esclaves (1824-1848) et aux registres de la commission des rachats forcés (1846-1848). Elle contiendra, en outre, les rares registres de catholicité concernant les esclaves, conservés aux Archives diocésaines de Cayenne (1840-1848). Elle contiendra également les données extraites d'actes notariés dépouillés (inventaires après décès, testaments, actes de vente, etc.), des fonds judiciaires et d'archives privées.

La recherche s'effectue de manière globale (recherche générale) ou par sélection ou croisement de critères (recherche avancée) : patronyme, toponyme, âge, sexe, métier, etc. Une fiche contact permet aux utilisateurs d'adresser à l'administrateur des observations, de proposer des corrections et toute information pouvant enrichir la rubrique.